Mesdames les 80 jeunes mamans (ou grands-mères...) qui rêviez que la Ville embauche une puéricultrice supplémentaire lors du transfert de la crèche du Rond d' Or au nouveau service de garde situé à l' emplacement de l' ancien commissariat, Madame la Maire vous avait expliqué qu' il n' y avait pas d' argent pour embaucher du personnel communal.

Eh bien tout évolue. Va être créé un emploi de surveillant de... caméras. En effet 24 caméras vont être installées sur le territoire communal (10 sur le centre ville, qui, pourtant n' offre qu' une ressemblance très lointaine avec le Bronx) pour la modique somme de 635 000 euros alors qu' un coût de 20 000 euros/caméra est communément admis. http://elusvertspantin.over-blog.com/article-video-surveillance-etat-des-lieux-37793455.html. Cette somme s' entend hors subvention, celle-ci devant vraisemblablement se monter à 20% de la facture, 50 % étant étant le maximum envisageable. Il est clair qu' outre les 500 000 euros restants, l' entretien (environ 12 % du montant initial), le remplacement du matériel obsolète et le coût du personnel resteront à la charge des habitants de Sucy.

 

 

Des cassettes enregistreront tous vos faits et gestes sur la voie publique, ce qui permettra la verbalisation des stationnements illicites, cassettes stockées pendant six jours. L' employé surveillera tout seul, sans qu' une charte d' éthique ne soit rédigée, ce qui, en ces temps de surmenage de la CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés) ne peut manquer d' interroger. Il n' y a pour le moment aucune assurance donnée selon laquelle seule la Police Nationale et Madame la Maire pourront visionner ces cassettes.

 

Ca va être cher, mais cela va-t-il être efficace ?

A Lyon, une étude de Laurent Mucchielli, sociologue et directeur de recherche au CNRS publiée sur Médiapart n' a dénombré qu' une procédure par caméra et par an. La Cour des Comptes a d' ailleurs souligné cette faible efficacité au regard des sommes engagées. Aucune évaluation chiffrée de l' efficacité du dispositif de caméras de vidéo-surveillance n' est prévue à Sucy.

Aucun impact préventif sur la sécurité des personnes n' a été mis en évidence par les études scientifiques effectuées sur ce sujet car ces atteintes sont  commises de façon non préméditée , sous l' emprise d' une pulsion (Tanguy Le Goff cité dans Rue 89). L' efficacité du dispositif n'est avérée que dans un cas : les lieux clos, comme des parkings bien éclairés et avec une présence humaine (étude de l' IAURIF).

Pour ce qui est des biens, et donc des atteintes préméditées, elles sont le fait de personnes chevronnées, qui, pour mener à bien leur tâche, dissimulent leur visage face à la caméra. Voire déplacent le lieu de leurs forfaits loin de l' oeil de la caméra (effet "plumeau") Et pourquoi confier à la Ville la surveillance de l' espace public,  ce qui se traduit par des factures plus élevées qu' une surveillance de chaque espace privé et/ou commercial par leur propriétaire si celui-ci le juge nécessaire, à moindre coût ?

 

Mais en fait, pourquoi ce besoin subit de caméras ?

Il est consécutif au désengagement de l' Etat, de la Police Nationale, et correspond en fait à un transfert de charge de l' Etat vers les collectivités locales. Si elles le veulent bien.

Il paraît que Sucy est absolument obligée de faire comme les communes avoisinantes, qui ont installé des systèmes de vidéo-surveillance. Mais depuis quand une ânerie faite à plusieurs cesse d' être une ânerie ?

Qui a décidé d' amnistier les moutons de Panurge ?

 

On peut voter avec un bulletin... ou ses pieds.

Madame la Maire nous a expliqué que les nouveaux logements en accession à la propriété construits à Sucy n' étaient pas réservés par de jeunes Sucyciens d' origine. Ne peut-on pas y voir une conséquence des choix faits , privilégiant les caméras là où l' on aurait besoin de berceaux de crèche ?