Où l' on voit que choisir entre énergies renouvelables et surveillance ne va pas de soi

Comme nos lecteurs habituels le savent déjà (cf article précédent "Impôts locaux, Sucy monte sur le podium"), les finances de Sucy sont obérées par une dette liée à la gestion précédente.
Il faut donc faire des choix. Et plutôt que des investissements rentables comme les panneaux solaires qui garantiraient l' indépendance énergétique de la nouvelle école de la Cité Verte, Madame la Maire  préfère investir dans l' impression de sécurité grâce à une étude en vue d' équiper la ville de caméras de surveillance.
Même si le coût de l' énergie augmentait, et si, en raison de la réforme de la taxe professionnelle, les revenus de la ville diminuaient, installer des panneaux solaires alimentant le chauffage de l' école permettrait de garantir une température constante pour les enfants en économisant le coût du chauffage.
Je travaille dans un collège dont le parking à vélos est régulièrement visité. Une caméra qui a coûté 7.600 euros est reliée à un écran situé dans la loge de la concierge, qui part du principe que surveiller les vélos des gamins ne fait pas partie de son travail. En cas de vol, les surveillants sont donc contraints de visionner les bandes vidéo, au détriment de la gestion des absences des élèves, de l' organisation de la permanence et de la demi-pension. Pour voir quoi ? Des voleurs qui connaissent leur boulot, et se cachent donc le visage...
Bref, 7.600 euros ont été dépensés en pure perte.
A Paris, la municipalité a payé une étude (80.000 euros) et l' installation de 15 caméras (300.000 euros) si l' on en croit le journal Le Monde (20/3/2010). On ne sait pas à combien va se monter le coût de l' entretien des dites caméras (une caméra gênante, ça peut se détruire).
Selon Madame Ciuntu, les villes environnantes l' ont fait : Sucy doit le faire. Mais ce n' est pas parce qu'une ... ânerie est faite à plusieurs que cela cesse d' être une ânerie !

Photo 1: Le conseil municipal adopte le projet d'étude d'installation des caméras de sécurité  par 30 voix pour (UMP et liste Spido) , 4 abstentions  (PS) et 1 voix contre (la mienne ...)

howlibertydies

"C'est donc ainsi que la liberté s'éteint, sous une pluie d'applaudissements ..."

Une caméra a été installée au Rond d' Or. Elle a permis de déplacer le lieu d' un commerce non soumis à la patente et fort discret qui s' y déroulait. Pas de le supprimer !  Et l' installation de la police municipale, de jeux d' enfants permettant la venue des assistantes maternelles , et de divers services municipaux dans ce lieu a vraisemblablement fait plus pour la tranquilité des riverains qu'une caméra.
On peut craindre que la pose de caméras en vue des bijouteries de Sucy déplacera les problèmes vers des boulangeries plus isolées... et donc que la pose de caméras supplémentaires sera nécessaire. Avons-nous vraiment les moyens de ces dépenses, sachant que les Sucyssiens sont déjà surimposés ?

Où santé et intérêt industriel entrent en compétition

L 'insécurité peut être beaucoup plus insidieuse. L' installation de la société Eiffage, qui fabriquerait des enrobés à l' aide d' un four à lignite en est une bonne illustration. Le site serait installé sur deux hectares au Port Autonome de Bonneuil et le code de l' Urbanisme contraint Monsieur le Préfet à demander l' avis des communes limitrophes. Les habitants de Sucy, vivant à l' Est de cette implantation, sous les vents dominants, doivent être vigilants.
La lignite est un carburant bon marché. Mais la société qui désire utiliser cette source d' énergie est en bonne santé financière. Par contre, le coût en terme de pollution n' est pas anodin, à deux titres :

  1. sa combustion libère 3,25 tCO2/Tonne équivalent charbon contre 1,50 tCO2/Tonne équivalent charbon pour le gaz. Pourquoi majorer les émissions de gaz à effet de serre ?
  2. Elle libère également du NO2 , du SO2 et des particules fines. Une étude récente effectuée à Montréal, dans le service du Docteur Goldberg de l' Université Mac Gill et de l' Université de Montréal (Dre France Labrèche) a mis en évidence un lien entre pollution atmosphérique, en choisissant le NO2 comme marqueur, et cancer du sein chez les femmes après la ménopause. Le dioxyde d' azote (NO2) n' est peut-être qu' un marqueur de la pollution et le vrai responsable est peut-être une autre molécule. Mais pourquoi implanter une industrie aussi polluante dans un tissu urbain aussi dense que la région parisienne ?

Autoriser l' implantation de cette usine entre en contradiction avec

  • Le Grenelle de l' Environnement (engagement N° 150)
  • Le Plan de Protection de l' Atmosphère en Ile de France, signé le 7/7/2006
  • Le Plan Régional pour la Qualité de l' Air signé le 26/11/2009.

trois bonnes raisons pour que Monsieur le Préfet ne donne pas son aval. Alors pourquoi nous demande-t-il notre avis ?

Suite à mon intervention, le conseil municipal a décidé non pas d' accepter d'abord puis de demander une étude mais de demander une étude avant de donner son accord.

Où le projet de Plan Local d' Urbanisme montre ses failles

Mais le développement durable n' a pas encore gagné... J' en veut pour preuve que le sommaire du projet de PLU indique un paragraphe pour le  Plan Bleu alors qu'  il a été déplacé ailleurs sans que personne ne le remarque et que l' agenda 21 n' apparaît pas ou peu dans le projet de PLU. Alors que Mesdames Felgines (absente lors du conseil municipal) et Westphal devraient signer de façon conjointe ce document.

Dans le PADD, document auquel le Plan Local d' Urbanisme actuellement en voie d' élaboration est lié, il est spécifié que l' on devra faciliter les échanges et donc les transports en commun. Alors pourquoi ne pas profiter du remaniement lié aux nouvelles constructions construites à l' emplacement de l' ex-commissariat pour installer un début de transport en site propre pour les bus couplé à une piste cyclable ? Parce que cela supprimerait 20 logements a répondu Madame la Maire. Les intérêts des promoteurs doivent-ils toujours primer ?

Les péripéties de la circulation dans les Bruyères montrent à l' évidence que si l' on veut que les Marollais abandonnent leurs véhicules (deux en moyenne par foyer) il ne faut pas diminuer le nombre de bus comme cela se fait actuellement mais réfléchir à l' installation d' une vraie voie non liée à une dérogation sur le chemin forestier de Marolles. Le problème est constitué par les fossés de drainage, qui encadrent cette voie. C' est possible : à Bonneuil une cité a été construite dans un marécage, à côté de l' IUFM. Il est clair que les fonds ne peuvent pas dépendre que des mairies de Sucy et de Marolles. Mais si personne ne motive la Région ou le Conseil général...

Dans les objectifs du PADD figure le développement du quartier de la Gare et du Centre Ville. Dans la Plaine, il existe trois ZAC : le petit Marais, les Petits Carreaux et les Portes de Sucy. Et puis dix hectares qui ne portent même pas de nom. Mais qui vont devenir fort intéressants quand ils seront reliés par le RER A, Arc Express et le TCSP au reste de l' Ile-de-France. Alors, au lieu de se replier frileusement sur des histoires de caméras inefficaces, si on inventait un quartier tout neuf ? On pourrait commencer par inventer un nom et l' écrire sur le PLU...

Sylvie Grasland-Deslot, Conseillère municipale